Pas facia1le de rendre compte de la richesse de notre dernière commande de bandes dessinées, principalement à  a2cause de son ampleur. Comme chaque année, nous rendons hommage, à notre manière, au dernier salon d’Angoulême avec l’achat de quelques nouveaux titres pour notre bibliothèque. Nous remercions le Bureau des Etudiants pour sa générosité. Les étudiants ont reçu les demandes émanant à la fois de leurs pairs, mais aussi de Cédric Vilain et de moi-même. Je vous propose de commencer cette revue par les titres que j’ai eu le temps de lire. Ouvrons tout d’abord une page western avec la suite des aventures de Lincoln d’Olivier, Jérôme et Anne-Claire Jouvray tome 6 et 7 « french lover » et « le fou sur la montagne », publiés chez paquet. Notre héros est toujours écartelé entre Dieu et Démon. Dans le volume 6, il s’affronte amoureusement à Paloma, jeune mexicaine révolutionnaire, qui essaie de se ranger et de mener une vie tranquille. Dans le 7, il est confronté à l’arrivée de la Prohibition aux Etats-Unis en 1919. Vieil alcoolique, retiré dans une petite cabane, il tente de s’organiser pour continuer à assouvir sa soif.  Dans « rancho bravo », publié chez Fluide Glacial, Blutch et Capron nous propose une approche humorisa3tique du Wild West, à travers une série de petites histoires. Enfin, Mathieu Bonhomme et Lewis Trondheim nous offrent leur opus westernien avec « Texas Cowboys : the best wild west stories published », chez Dupuis., publiéa4 sous la forme de petits fascicules, format Pulp. Le héros Harvey Drinkwater, journaliste de Boston, est envoyé au Texas pour faire un reportage sur le Hell’s Half Acre, la région la plus dangereuse du pays. Guidé par Ivy, un homme du coin, il décide d’en profiter pour se venger de l’ex-mari de sa mère, pour s’enrichir et pour trouver l’amour… Nous rencontrons les figures archétypales du genre.

Nous continuons à nous intéresser à Manu Larcenet, avec l’arrivée tant attendue du troisième tome de Blast « la tête la première « Nous en profitons pour commencer une nouvelle série : « le retour à la terre » avec les deux premiers tomes « la vraievie » et « les projets », édités par Poisson Pilote. Saga écologique qui met en scène Manu et Mariette. Ils quittent Juvisy et la banlieue parisienne pour s’installer à la campagne, aux Ravenelles. Ils essaient de s’habituer aux coutumes locales et surtout se désintoxiquer de la ville.. Nous continuoa5ns à nous intéresser aussi à la carrière de Bastien Vives avec deux nouveaux titres. En solo, il publie chez KSTR « le goût du chlore « . Dans ce livre, nous assistons à la rencontre amoureuse, relativement silencieuse, entre une jeune fille et un jeune homme dans une piscine. En trio, cette fois-ci, avec Rupper et Mulot, il nous propose un livre d’aventures très agitées, chez Aire Libre « la grande odalisque ». Dans cet album, nous suivons les frasques d’un trio de cambrioleuses, spécialisées dana6s le vol de peintures dans les grands  musées. Enfin, nous poursuivons notre exploration du monde de Joann Sfar avec la série « le bestiaire amoureux », publié chez Delcourt. Quatre titres au programme : « Fernand le vampire », « mademoiselle soupir », « la sorcière sans espoir », « l’âge où on est mort ». Fernand est un vampire traditionaliste mais, sentimental, il ne tue jamais personne. Pour oublier Liou la mandragore volage, il sort dans des rave-parties avec Aspirine, une vampire qui cultive un tout autre état d’esprit concernant ses victimes.

Nous vous proposons de découvrir un illustrateur tout à fait passionnant, Kerascoët. En fait, nous avons affaire à deux illustrateurs Marie Pommepuy et Sébastien Cosset. Le nom de ce couple d’auteurs vient du village de Kerascoët en Bretagne où a grandi Marie Pommepuy. Aveca9 le scénariste Hubert, ils signent « miss pas touche », chez Poisson Pilote. Nous avons acheté les deux premiers tomes : « « la vierge du bordel » et « du sang sur les mains ». Cette bande dessinée policière se déroule dans une maison close au début du 20ème siècle. L’héroïne s’y fait engager pour trouver les assassins de sa sœur. Avec le scénariste Vehlmann, ils ont écrit « jolies ténèbres »chez Dupuis. Une fillette gît dans un champ, inerte. Une minuscule communauté surgit de-ci, de-là, échappée d’un cruel conte de féesa10. De son côté, Jimmy Beaulieu nous propose chez Delcourt une « comédie sentimentale pornographique ». Nous nous retrouvons plongés dans la vie amoureuse d’un homme et d’une femme québécitudes qui s’adonnent à des jeux érotiques dans un hôtel plus ou moins abandonné. Jean C Denis nous entraîne dans une enquête policière avec le premier volume de la série « zone blanche », publié chez Futuropolis. Pour l’instant, il s’agit de l’échange de deux meurtres entre deux individus. Grande qualité graphique, nous attendons la suite avec impatience. Dav Guedin et Craoman publient chez  Delcourt « colo Bray-Dunes 1999 ». Le héros est un éducateura11 spécialisé qui encadre des adultes souffrant d’handicaps assez lourds, à l’occasion d’un séjour sur les plages du Nord.

Dans le domaine classique, nous avons fait l’acquisition  de 3 incontournables : les deux premiers tomes de la « rubrique-à-brac » de Gotlib, publiés chez Dargaud et l’intégrale des « idées noires » de Franquin. Enfin, dans le domaine des comics « Batman, année un »de Frank Miller et David Mazzucchelli, publié chez Urban Comics. Enfant, Bruce Wayne a vu ses parents se faire assassiner sous ses yeux. Après un entraînement intensif, il revient à Gotham City pour lutter contre le crime, mais sa tâche n’est pas facile face à la corruption qui règne dans la police de la ville. Cet album explore l’origine de Batman et des principaux personnages

Pascal Broutin

a15

a17a14

a18

a12a13